J'imagine en l'état, que fort de son succès, le Président Macron ne veuille être inféodé à quiconque. Pour ce faire, il lui faut ne se compromettre avec personne, dit autrement : ne construire le rassemblement qu'avec ses fans, faire un rassemblement qui exclut tous les autres !!! Tentons le grand chelem mais surtout seul !

Je comprends son plan de bataille ainsi : débaucher les électeurs mais pas les têtes pensantes.

En l'état, comme le PS affaibli se délite et que les Républicains offrent un pôle de résistance,

1) la stratégie de la sécurité c'est nommer un Premier Ministre socialiste (Delanoe ?) pour siphonner les dernières voix du PS ;

2) la stratégie de l'offensive, c'est de nommer un Premier Ministre de droite (Borloo ?) en espérant que le PS continuera son effondrement et en siphonnant des voix à droite.

Dans les deux cas, le PS ou le UDI/LR, le PM ne saurait être qu'un leader en retrait (Guigou, Colomb, Moscovici, Vedrine, Lagarde, Bachelot, Villepin…), pas un leader du présent (Kosciusko-Morizet, Le Maire, Estrosi, Royal, …).

Dans les deux cas, j'ai le sentiment qu'il évitera désormais les débauchages individuels des personnalités médiatiques (donc têtes connues) pour éradiquer de la nouvelle majorité, la sienne, l'époque ancienne.

Et s'il perd ? Il sera toujours temps dans un élan de rassemblement, de composer loi par loi, sur la base d'un groupe REM (En Marche) fort des majorité de circonstances à la Rocard ; et sinon, d'élargir son groupe non-majoritaire, de signer un contrat de gouvernement avec la gauche ou la droite, en récompense de quelques maroquins.

 

Macron me fait penser à l'archétype de l'énarque omnipotent, l'impérium sans vision. Il a gagné une bataille —certes quelle victoire !!!— et se prend pour le Seigneur des anneaux. Pour le meilleur ou la grande désillusion.

 

cajj

NB : il est un dont il oubliera jusqu'au téléphone, c'est François Hollande