Sans répondre exhaustivement à cette question, nous pouvons noter que l'immense faiblesse des grands c'est de n'être entouré que de flatteurs. L'immense faille des grands c'est de ne s'entourer que de flatteurs !! Le rabat-joie, le pas-d'accord, le à contre-courant, on l'élimine au profit de ceux qui vous disent que vous avez été génial !

Avec leurs flatteurs, leurs fans, les grands se satellisent, et ils confondent les Français avec leur entourage, ils confondent leurs victoires hasardeuses avec une martingale, ils sont incapables de se remettre en question, d'évoluer et de s'adapter au monde qui bouge.

Qu'est-ce qu'un grand leader au regard de cette dimension ? Je donne la réponse à Bernard Ramanantsoa et Roland Reitter (professeurs à HEC) :

Un leader doit pouvoir s'appuyer sur une élite porteuse du projet collectif et incarnant l'identité collective, mais il doit aussi protéger des dissidents, ayant d'autres visions du monde qui seront source de l'adaptation. Beaucoup de ses dissidents resteront à jamais dans l'ombre, porteur de possibilités mortes. Beaucoup partiront, car leur position est psychologiquement difficile. Mais certains triompheront et l'organisation se renouvellera grâce à eux. (1)

Les épouses jouent ce rôle indispensable : dire la vérité à celui qu'elle admire y compris quand il se fourvoit.

Si vous voulez faire carrière, en entreprise comme en politique, vous vous devez d'être d'accord avec le système, d'accord avec le chef. Le progrès est autorisé, pas la dissidence, ni la critique fut-elle constructive. On peut le regretter, mais les choses sont le plus souvent ainsi.

Cajj

(1) in Confiance et défiance dans les organisations