— La nation reste une dimension indépassable. Elle propose à chacun une communauté de destin et de solidarité. Cette communauté a fait ses preuves.

— L'Europe doit s'affranchir de sa technocratie nationale et européenne. L'Europe ne doit pas être un espace réservé à une technocratie aristocratique.

— Le Brexit élargit les champs du possible. Oui, rien n'est inéluctable, rien n'est obligatoire, rien n'est définitif, tout est envisageable.

— Small is beautifull ! Mais l'Europe, immense, serait une panacée contre les petits Etats ! Bullshit !

— La gouvernance européenne ne peut pas être qu'un empilement de compromis. Des compromis, de l'eau tiède, oui c'est obligatoire. Mais des options fortes, c'est nécessaire. Et celles-ci ne doivent s'appliquer qu'à ceux qui en veulent.

 

Ah oui, une dernière leçon. Sir Hollande peut préparer sa valise. On voit mal comment le peu de croissance d'aujourd'hui ne se trouverait pas affaiblie conjoncturellement par l'incertitude produite par le Brexit. Pas de croissance, pas de baisse du chômage, pas de remontée dans les sondages. 

 

cajj