L'IDEE CENTRISTE

Cette idée est complexe à définir dans un contexte français. En effet, le régime de la cinquième république contraint les électeurs et les élus à prendre position pour un camp ou pour un autre, pour l'opposition ou pour la majorité, pour la droite ou pour la gauche.

Or l'idée centriste c'est l'exigence du juste milieu pour une société unie et apaisée. Le juste milieu c'est celui du compromis entre un libéralisme débridé, un conservatisme historique et une social-démocratie.

Le deuxième gros problème de la France (d'avant 2014), c'est l'absence de courant social-démocratique au bénéfice d'un socialisme de gauche adversaire idéologique du capitalisme.

Or l'idée d'un centre entre le capitalisme et le marxisme ou dit autrement entre les libéraux et le Parti socialiste, n'existe pas, ne peut exister.

Dans les pays parlementaires nord européens où la gauche n'est pas socialiste, le centre joue un rôle essentiel pour trouver un équilibre, une harmonie entre les idées de droite et de gauche.

L'idée centriste est un libéralisme social qui croit à la primauté de la liberté indivuelle comme source de progrès mais primauté qui doit être encadrée dans des structures de solidarité et de régulation étatique et éthique au bénéfice du progrès social.

Le compromis devient une voie de progrès où tolérance, respect, pragmatisme, humanisme, responsabilité, solidarité sont des valeurs clés.

En France, le positionnement centriste est plutôt celui d'une France décentralisée et d'une Fédération européenne autrement dit pour le retrait de l'idée nationale. Ceci s'oppose à l'idéal démocratique républicain pour lequel la nation est l'expression première de la démocratie et de la communauté de destin. Dans les faits, il est plus question davantage de l'importance de la construction européenne (de l'unité fraternelle des peuples à l'échelle du monde et aujourd'hui de l'Europe, notre horizon) que de sa modalité (fédéralisme, confédéralisme).

A partir du moment où le parti socialiste renie le socialisme au bénéfice de la social-démocratie (tant sur les idées, ce qui est fait, que sur le positionnement électoral, ce qui reste à faire), alors le centrisme redevient une courant d'avenir.

Dans l'histoire récente, les centres s'incarnent dans le radicalisme, les modérés et les socio-démocrates.

 

cajj