(Repères)

L'impasse de l'austérité
L'austérité qui consiste à baisser les dépenses de l'Etat et augmenter les impôts ; elle permet d'assainir les finances publiques mais fait courrir le risque d'entrainer une récession. Or la récession étant un appauvrissement collectif, elle empêche l'Etat d'assainir les finances publiques. C'est ce qui se passe en Grèce.

L'illustration par les chiffres
Si l'Etat prélève 50% de la richesse nationale et que le PIB est de 1000, l'Etat dispose d'un budget de 500 (=1000 x 50%).
Si l'année suivante l'Etat prélève 51% alors que la récession a été de 2%, alors l'Etat dispose d'un budget de 51 % x 980 = 499,8 , 980 (=1000-2%x1000 = 1000 x 0,98) étant le nouveau PIB. L'Etat s'est appauvri un peu et les entreprises et les citoyens aussi. Ils avaient 500 de richesse, ils n'ont plus de 980-499,8 = 480,2. Ils ne consomment plus que 480,2 et c'est la crise qui s'aggrave.

La duperie de la relance Hollande
François Hollande voudrait (à la date de cet article) grosso modo augmenter les dépenses publiques en les finançant par de nouveaux emprunts et sortir ainsi d'une politique d'austérité.

Pourquoi cette politique rencontre-t-elle une forte opposition ? Parce qu'on craint, à juste titre, que ces nouvelles dépenses ne débouchent sur rien si ce n'est un nouvel endettement qui mettra en difficulté les Etats et donc les pays et leur peuple.   

Alors quelle relance doit être proposée ?
Il faut effectivement dépenser plus en finançant la dépense par l'emprunt. Mais qui est "il". "Il" ne doit pas être l'Etat car son niveau actuel de dépenses rend inefficace (on peut le regretter mais c'est ainsi) toute nouvelle dépense ; c'est-à-dire que ces dépenses coutent plus chères à financer qu'elles n'entraînent de recettes. C'est le joueur du casino qui veut se refaire et qui emprunte pour une nouvelle partie qu'il perd à la fin ; il est alors de plus en plus endetté et aggrave ses problèmes plutôt que de les résoudre.

Ce qu'il faut c'est que les consommateurs et les entreprises dépensent plus.

Alors comment faire cette relance ? Qu'est-ce que je vous propose ?
Il faut que l'Etat devienne le banquier du développement économique. En effet, le problème aujourd'hui, c'est que la BCE a prêté aux banques et que les banques prêtent à leur tour mais moins aux entreprises et consommateurs européens qu'aux Etats comme le Brésil.
La seule solution c'est que l'Etat affecte une partie croissante de ses dépenses dans des prêts aux ménages et aux entreprises ; autrement dit il faut que l'Etat flèche l'affectation de l'épargne et crédits aux ménages et entreprises.

L'innovation
Reste posé le problème de l'innovation. Au bout du compte, tout cela ne marche que si les entreprises innovent, inventent de nouveaux produits, font des gains de productivité et finalement nnous permettre d'avoir plus de biens et services pour moins d'argent. Or ce n'est pas assez le cas. Il faut donc favoriser le changement, donc l'innovation. En particulier, et pas seulement, il faut que l'Etat évite par ses impôts et sa taxe papier (l'accumulation des réglements) de créer un immobilisme et une sclérose.

C'est pour cela que l'Allemagne, Bruxelles, le BCE etc. pressent les Etats à entreprendre les fameuses réformes structurelles qui consistent à rendre plus actif et performant les marchés. Cela crée de la précarité, au moins dans un premier temps, mais rien n'empêche de prendre en charge cette précarité. Cet abaissement des contraintes favorisent le développement des entreprises pour autant que le contexte soit favorable.

cajj