(bourse)

Réédition des articles de janvier 2009

Nous avons consacré un article sur comment placer son argent en bourse (voir le 23/09/08). Cet article présuppose que la bourse a vocation à monter. Encore faut-il circonscrire et expliciter le phénomène. Sa compréhension permet tout à la fois de valider ses placements boursiers comme de réfléchir aux bases du capitalisme financier mis en question ces derniers mois.
La révolution en cours tient à l'autonomisation des marchés que beaucoup désignent sous l'expression de déconnection avec l'économie réelle.

La bourse du passé

La bourse est le lieu où le propriétaire d'une entreprise peut vendre en parts (appelées actions) le capital de son entreprise. Cette vente concerne une partie ou la totalité de l'entreprise. Que devient l'argent des actionnaires investis sur ces actions ? On a deux cas de figure. Soit le propriétaire vend son entreprise, prend l'argent et s'en va vivre une retraite dorée ; soit cette vente est structurée sur une augmentation de capital qui a pour but que l'argent nouveau des actionnaires reste dans l'entreprise pour financer et accélérer son développement. C'est bien sûr le cas également des opérations d'augmentation de capital pour une entreprise déjà cotée au marché boursier.
On peut également emprunter de l'argent au marché financier grâce aux titres appelés obligations.
Dans les deux cas, actions ou obligations, on parle de levée de fonds, c'est-à-dire de capacité à attirer l'argent disponible sur ses opérations donc pour son entreprise.

Comment est rémunéré l'actionnaire ? Un peu comme un propriétaire de logement, il reçoit un loyer. Mais celui-ci est variable et dépend des résultats financiers de l'entreprise. On appelle ce loyer "dividendes".

Si cette description de la bourse est fondamentalement exacte, sa réalité est néanmoins autre aujourd'hui.

La bourse du présent

Que fait un agent économique qui a de l'épargne ? Il place son argent. Il place son argent en bourse. Et qu'espère-t-il ? Non pas des dividendes mais des plus-values, c'est-à-dire que le montant de la vente de ses placements soit supérieur à ce qu'il a investi précédemment. À la base, le cours d'une action est en rapport avec les dividendes escomptés ; c'est encore vrai. Mais le cours des actions repose sur un autre mécanisme.
Rappelons que hors de l'introduction en bourse et l'augmentation de capital, les entreprises ne sont pas concernées par l'argent mis sur les actions portant leur nom.
Quand il y a beaucoup d'épargne, beaucoup d'argent afflue à la bourse. Il y a plus d'achat que de vente. Les cours montent. Et quand les cours montent, les épargnants (=entreprises ayant de la trésorerie, fonds de pension, ...) placent à la bourse, ce qui conforte la montée des cours .

Suite et conclusions vendredi

CAJJ